A la découverte du vin : du novice à l’œnologue

A la découverte du vin : du novice à l’œnologue

27 avril 2020 0 Par Kamel

Les gens dégustent du vin depuis des milliers d’années. Et oui, certains dégustateurs sont meilleurs que d’autres. Y a-t-il quelque chose qu’ils savent que vous ne savez pas ? Dans cet article, on vous explique comment évaluer un vin, et comment devenir un bon œnologue.

Comprendre les odeurs, les arômes ou le parfum d’un vin.

Vous avez déjà regardé le vin, quelle est la suite ? C’est facile. Il ne vous reste plus qu’à le goûter.Pour cela, vous devez tourbillonner, sentir et renifler le vin. Votre odorat est beaucoup plus fort que vous ne le pensez. C’est un élément clé pour évaluer du vin comme un professionnel.

On dit que jusqu’à 85% du goût provient de l’odorat. Mais vous ne pouvez pas sentir le vin sans d’abord faire tournoyer votre verre doucement. Si vous êtes débutant, pour éviter de sentir le vin une fois qu’il a trempé vos vêtements, faites tourner le verre, mais gardez le pied du verre fermement planté sur la table. Saisissez doucement le pied du verre avec votre index et votre pouce et faites simplement de petits cercles sur la table avec votre verre.

Vous ne renverserez jamais votre vin si vous maintenez le verre ancré à la table. L’action de faire tourbillonner votre verre permet à l’oxygène de pénétrer dans le vin, ce qui permet au vin de libérer ses parfums dans l’air tout en enrobant le verre en même temps.

Les molécules qui créent les arômes dans le parfum du vin sont libérées dans l’air et dans votre nez parce qu’elles sont assez légères pour flotter du verre sur l’alcool qui s’évapore maintenant légèrement dans l’air, grâce à votre tourbillonnement.

Technique pour sentir l’arôme

Après avoir fait tourbillonner votre vin, vous pouvez utiliser la technique qui vous convient le mieux, lorsque vous inhalez les arômes du vin. Cependant, une petite astuce qui pourrait vous aider est de garder la bouche légèrement ouverte lorsque vous inhalez et expirez les arômes du vin.

Ce petit secret vous permet de discerner les complexités aromatiques de votre vin. Ensuite, ne vous contentez pas d’inhaler les arômes. Reniflez-les, plus d’une fois. Cette technique vous permet d’inhaler davantage d’arômes du vin. Mais en fin de compte, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de renifler un vin.

Utilisez ce qui vous convient le mieux. Certains dégustateurs inhalent profondément, d’autres prennent de petites inhalations courtes, tandis que d’autres pratiquent une combinaison des deux techniques.

La capacité olfactive, un atout de taille

En règle générale, si un vin sent bon, c’est-à-dire s’il ne dégage pas d’odeurs désagréables telles que des odeurs de chiens mouillés, de vieux journaux, de moisissure, de vinaigre ou d’odeurs généralement malpropres, le vin est sain. L’étape suivante consiste à noter la complexité de l’odeur du vin et les odeurs qui composent son profil aromatique complexe.

La clé pour être un bon dégustateur de vin est de comprendre que nous avons tous différents niveaux de capacités olfactives. Certaines personnes vont être plus sensibles que d’autres dans l’ensemble.

Certains dégustateurs sentiront également certaines odeurs spécifiques mieux que d’autres. La clé est ici la mémoire sensorielle. La plupart des odeurs que l’on trouve dans le vin nous sont communes. Il suffit de ne pas avoir peur d’essayer de se rappeler, de reconnaître et de communiquer nos sensations.

Il est important de noter que les vins et les raisins dont ils sont issus sont assez complexes et qu’une fois que votre peur de partager ce que vous sentez et goûtez s’estompe, le vin ne sentira plus simplement comme du vin rouge ou du vin blanc.